snoopdogg48-sized

Concert Review: Snoop Dogg at Metropolis

snoopdogg48-sized

:: Snoop Dogg au Festival de Jazz, 4 juillet 2014 ::

 Il y a des jours ordinaires et il y a des jours où je vais voir Dogg Pounded Snoopy Love, un idole de ma jeunesse quand je ne comprenais pas l’anglais et je gueulais ses paroles de pas-propre à gorge déployée. Cette belle époque où l’été voulait dire, mettre notre mini boum box face à la fenêtre de notre chambre, Doggystyle plein volume et squatter le devant de la maison en mangeant des popsicles et faisant ma pas-drôle devant les amis gars de ma grande soeur parce que eux, ils étaient au secondaire… Tranche de vie terminée, Snoop Dogg on l’aime parce qu’on a des souvenirs avec lui et lui aussi.

Ça m’a eu l’air de ça, Snoop Dogg qui vivait sa propre nostalgie à travers nous, on a chanté ses paroles, on a sourit, on a fumé, heureux et lui, il dansait du haut de ses grandes jambes, tresses françaises, lunettes dans le noir, un micro pimpé et un chandail des canadiens dont il était le numéro 4, son nom brodé dans le dos. Il a entrecoupé ses classiques, et nous a fait du reminiscing de tonton en jouant du Biggie, du Pac (oui!) du House of Pain (Damn) du Dead Prez (YEAH!!) du Bob et même du Arrows (pas trop compris celle-là) bizarrement j’ai eu l’impression que le high de la soirée ça a été Jammin de Bob. Mais en même temps, c’était pas un show pour s’exciter, c’était un show pour être content d’être dans la même pièce que Snoop, qui fait son smooth.

Il maîtrise sa quétainerie et la rend cool, il a chanté ses classiques et c’est hits commerciaux à la Katy Perry, mais il a remixé une chanson, Lodi Dodi, qui d’ordinaire se prend avec un Gin & Juice, en lui donnant beaucoup plus de rythmique que nécessaire, j’ai souhaité qu’il revienne à la version originale tout le 4 minutes que ça a du durer… POURQUOI????

Je ne connais pas le répertoire de Snoop Lion, mais je n’ai pas eu l’impression qu’il a été présent ce soir. Un setting simple, lui et trois ou quatre autres hype men et des animations de filles qui twerk sur écran moyen. Le Dogg nous a laissés sur une chanson … aucune idée c’était quoi, mais bref une chanson jukebox, qui jouait sur une scène vide, une grosse image flottante de lui colorée en drapeau panafricain sur le podium du DJ. Impossible de crier pour un rappel. Et voilà, c’était déjà fini. Sans avertissement crédible. Le show a été long à attendre, mais livré court. Une heure et demie de bons moments, bons souvenirs, un snoop fidèle à lui-même et puis voilà, mon ami est resté sur sa fin/faim. Moi, je n’arrivais pas à me décider si j’en voulais plus ou si j’étais rassasiée. Mais j’ai vu Snoop Dogg!! Et dans le fond, c’est juste ça qui compte.

Par: Elena Stoodley